Clermont a su trouver les ressources

(Icon Sport)
Compte-rendu

Clermont a montré des qualités mentales incroyables pour dominer les Saracens pour la deuxième fois en six jours. Les quarts de finale sont tout près pour les Jaunards.

Il y avait eu du grand spectacle lundi en Angleterre, c'était plus tendu, plus serré dimanche à Marcel-Michelin mais le résultat est le même pour Clermont. L'ASM vient de battre les Saracens, doubles champions d'Europe en titre, deux fois en six jours, la performance est exceptionnelle pour les coéquipiers de Morgan Parra, presque impeccable au pied (18 points à 6 sur 7), costauds mentalement pour revenir après une entame cauchemardesque. 

Car oui, les Sarries avaient coulé chez eux lundi dernier, lors du match aller repoussé puis finalement joué devant quasi personne (14-46). Quand on a gagné la Champions Cup les deux dernières années, ça fait désordre d'encaisser une telle leçon à domicile. Ils se devaient de réagir et ils l'ont fait sur les dix premières minutes, infligeant un 13-0 aux Jaunards dépassés dans tous les secteurs, indisciplinés et pas assez concentrés comme sur cet essai du demi de mêlée de Ben Spencer, marqué en partant au ras, en crochetant Scott Spedding et en résistant à David Strettle. Les Clermontois n'avaient pas encore commencé leur match mais ça viendra vite. Et le public jouera son rôle en fin de match pour pousser ses héros.

Spedding offre la victoire de loin

Après un premier échec, Morgan Parra s'est réglé au pied, les Anglais ont eux aussi commencé à accumuler les erreurs, les fautes, offrant des points et permettant à l'ASM de rentrer au vestiaire avec un petit point de retard (12-13). Les hommes de Franck Azéma étaient dans le match mais avaient aussi perdu Alivereti Raka et Damian Penaud, deux atouts offensifs énormes, sur la même action à la 27e minute. Le début de seconde période aurait pu faire mal aux Auvergnats, il fallait un sauvetage de Yato pour priver les Sarries d'un essai d'entrée (42e). Les visiteurs ne marquaient plus mais restaient dans le coup, ils repassaient même devant grâce à un essai de Lozowski consécutif au carton rouge sorti contre Nick Abendanon. 

Quand Juan Guillermo Figallo écope de la même sanction, les locaux retrouvaient leur allant, leur jeu et pouvaient à nouveau remonter grâce au pied de Parra puis à la pénalité lointaine de Scott Spedding (78e). Deux victoires contre les Saracens en six jours, Marcel-Michelin pouvait exulter, l'ASM a montré des qualités exceptionnelles et se retrouve quasiment en quarts de finale.