Barguil agite le mercato du cyclisme !

Warren Barguil
Warren Barguil (Reuters)

Véritable révélation de l'édition 2017 du Tour de France, Warren Barguil a logiquement attiré l'attention de nombreux directeurs sportifs. Le coureur de la Sunweb, encore sous contrat jusqu'en 2019, pourrait même changer d'air cet été, ce qui n'est pas monnaie courante dans le monde du cyclisme.

Contrairement au football, le cyclisme est un sport où les coureurs ont pour habitude d'aller au bout de leur contrat. Les transferts n'existent pas dans cette discipline, mais il y a toujours des exceptions qui confirment la règle. Et, victime de son succès, Warren Barguil pourrait bien profiter de l'été 2017 pour changer de maillot, lui qui est encore engagé avec la Sunweb jusqu'en juin 2019. Le coureur français, victorieux de deux étapes sur le Tour de France et assuré d'emmener le maillot à pois jusqu'à Paris, fait en effet tourner les têtes des directeurs sportifs.

Et ceux-ci n'ont que très peu de temps pour se retourner, puisque c'est à compter du 1er août que les mutations pourront s'opérer. Mais pourquoi la nouvelle coqueluche du cyclisme hexagonal devrait changer d'air, puisque sa formation est satisfaite de ses prestations ? Parce que la réussite du Français pourrait bien devenir gênante pour la formation néerlandaise, qui compte en son sein sur le jeune et talentueux Tom Dumoulin (26 ans), vainqueur du Giro en mai dernier, absent sur la Grande Boucle mais décidé à y revenir l'an prochain, avec de réelles ambitions au général. Or, Warren Barguil est un homme ambitieux qui ne compte pas forcément jouer les lieutenants très longtemps...

De fait, la formation néerlandaise pourrait accepter qu'une autre équipe rachète le contrat du grimpeur durant les semaines à venir. Et selon les informations de L'Equipe, les prétendants sont déjà nombreux. En tête de liste, AG2R et la FDJ évidemment. Les Français aimeraient respectivement associer le profil du Breton à un Romain Bardet ou à un Thibaut Pinot, mais ce serait a priori, une nouvelle fois, dans l'ombre d'un leader... Pour l'heure, Warren Barguil devra sans doute devoir se contenter de ce statut quelle que soit la destination qu'il choisirait.

Il faudra attendre la saison de la confirmation pour que des équipes soient décidés à l'enrôler comme leader sur un grand tour. Astana et même la Sky de Chris Froome auraient également noué des contacts. Lui qui s'était plaint par le passé de manquer de reconnaissance de la part de ses pairs, semble tenir sa revanche, et ce sont désormais les directeurs sportifs des meilleures formations qui lui mangent dans la main. Il faudra donc faire le bon choix pour rêver en grand...