Le Tour de France met Souchon K.-O. ! 

Alain Souchon invité par Vincent Lavenu et l'équipe AG2R à "discuter cinq minutes avec Romain Bardet".
Alain Souchon invité par Vincent Lavenu et l'équipe AG2R à "discuter cinq minutes avec Romain Bardet". (ICON SPORT)
Réactions

C’est peu dire que les propos très réducteurs d’Alain Souchon sur les coureurs cyclistes ont été mal appréciés sur le Tour de France… 

Passées inaperçues le 27 juin dernier, lorsqu’elles ont été publiées dans les colonnes de La Voix du Nord, les déclarations d’Alain Souchon sur le milieu du cyclisme professionnel lui reviennent aujourd’hui comme un boomerang. En plein Tour de France et alors que le public français s’enflamme plus que jamais pour sa grand-messe de juillet, qui pourrait consacrer Romain Bardet, épatant chef de file d’un peloton français en plein renouveau, à la lutte pour le maillot jaune.   

Il faut dire qu’on avait connu l’interprète de Quand j'serai K.-O. plus inspiré: "Je trouve le cyclisme honteux. C'est inhumain. On ne peut pas faire du cyclisme de haut niveau sans se doper. Quand on voit tous ceux qui meurent à 50 ans..." Une vision un brin datée, M’sieur Souchon, même si le fléau du dopage n’est jamais loin…

Invité par AG2R

Et les acteurs de la Grande Boucle ne se gênent pas pour pointer le caractère totalement has-been de ce jugement à l’emporte-pièce de celui qui serait bien inspiré de venir traîner ses guêtres sur une étape du Tour plutôt que de réserver sa présence aux seuls courts de Roland-Garros. Après les "propos malveillants et infondés", pointés par le Ligue nationale de cyclisme présidée par Marc Madiot, Vincent Lavenu, manager de l’équipe AG2R, emmenée par Romain Bardet, s’offre à son tour dans l’édition de ce mardi du Parisien un recadrage en règle de l’artiste.

"Même quand on est un personnage aussi respectable que Souchon, on n'est pas obligé de manquer de discernement", souligne-t-il. "Je veux bien l'inviter dans notre bus à discuter cinq minutes avec Romain Bardet, il comprendra de quoi il parle. C'est facile le « Tous pourris » comme en politique." Même son de cloche du côté de Nicolas Portal, Directeur sportif d’un certain Chris Froome, triple vainqueur du Tour de France, au sein de la Sky: "Souchon ? Il s'y connaît bien en sport lui..., ironise-t-il dans le quotidien. Alain Souchon ne connaît rien à notre milieu. C'est comme si je disais que ses chansons ne valent rien, qu'elles font du mal parce qu'elles sont vraiment tristes. Le seul lien qu'il y a entre lui et nous, ce sont les émotions qu'on envoie. Mais je pense qu'il se trompe complètement." Une opinion à l'évidence très partagée dans le peloton.    

Bernaudeau: "Si Alain Souchon a dit ça, on l'emmerde..."

Si Vincent Lavenu, son homologue d'AG2R, tout en condamnant les propos de l'artiste, a proposé à Alain Souchon de venir constater par lui-même la réalité du peloton cycliste critiqué avec virulence par l'interprète d'Allo Maman Bobo, Jean-René Bernaudeau, le manager de Direct Energie, s'est montré beaucoup plus sec dans son jugement envers le chanteur... "Si Alain Souchon a dit ça, on l'emmerde, a-t-il rétorqué mardi sur RMC. La France ne mérite pas des témoignages aussi malhonnêtes. Parce qu'il faut être malhonnête (pour dire ça). Il ne sait pas. J'ai des enfants qui font du vélo. Est-ce qu'on a le droit de parler comme ça ? J'étais un fan. Là, je crois qu'il en a perdu un", assène Bernaudeau.